Informations aux voyageurs

tourisme - vacances - voyage - séjour - vol - avion - hôtel

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Femen et le malaise du «sextrémisme

Envoyer Imprimer PDF
Photo: Jacques Boissinot/Presse canadienne

Photo: Jacques Boissinot/Presse canadienne

Il faut avoir passé les derniers jours sous une roche pour avoir loupé l’intervention des Femen québécoises à l’Assemblée nationale, mardi dernier. Durant la période de questions, trois militantes se sont dénudées, exhibant des slogans pro-laïcité peints sur leur corps, et se sont mises à crier: «crucifix, décalisse!».

Dimanche soir, Xenia Chernyshova, la fondatrice de Femen Québec, a profité de son passage sur le plateau de Tout le monde en parle pour rappeler que Femen n’était pas qu’une lubie d’adolescente hargneuse, mais bien un mouvement féministe mondial florissant; à la fois esthétique, politique, social et culturel. «On est partout !», affirmait-elle.  C’est vrai. Les Femen, avec leur «sextrémisme», ont en effet le quasi-monopole de la représentation féministe dans les médias de masse.

Le problème est que leur discours, vindicatif et manichéen, reflète très mal la complexité du mouvement féministe. Le modèle émancipatoire qu’elles prônent, loin de s’adapter à la diversité des luttes féministes à travers le monde, se borne à une définition strictement occidentale de ce que «devrait» être une femme «libre». Les Femen proposent en quelque sorte un modèle de féminisme  à taille unique, qu’elles brandissent en vertu d’une certaine conviction de l’exceptionnalisme moral de l’Occident.

D’abord parce que les Femen, qui se disent «radicalement laïques», ont souvent flirté dangereusement avec l’islamophobie. La fondatrice du mouvement, l’Ukrainienne Inna Shevchenko, a été pointée du doigt à plusieurs reprises pour avoir proféré ouvertement des propos islamophobes, sur les réseaux sociaux. Quant aux actions, leur ardeur à cibler l’Islam est telle que même la fameuse Femen tunisienne, Amina Sbouï, a tenu à se distancier publiquement du mouvement, à sa sortie de prison, au mois d’août. Elle refusait que son nom soit associé à un mouvement qu’elle jugeait raciste et islamophobe.

Évidemment, cela ne veut pas dire que le mouvement Femen québécois soit forcément islamophobe. En revanche, en choisissant de s’associer au mouvement, les militantes portent le poids des autres ramifications de celui-ci, qu’elles le veuillent ou non. D’aucuns diront que cela n’a rien à voir, et que les Femen de l’Assemblée nationale ont fait preuve de tact et de courage s’en prenant à un vestige patrimonial qui suscite un malaise, alors qu’on discute collectivement de laïcité.

On dit également que «monsieur et madame tout le monde», dans leurs salons, ne se soucient guère de la rhétorique discutable sous-tendue par le mouvement Femen, alors qu’ils ne font qu’en apprécier les coups d’éclat. Mais si l’on argue que les gens ne perçoivent pas les subtilités du mouvement lorsqu’ils assistent aux actions, comment affirmer qu’ils en saisissent le véritable message?

Dans tous les cas, dans le contexte du débat identitaire, et surtout considérant la multiplication des événements à saveur islamophobe observée récemment, une réserve toute particulière aurait été de mise.

Par ailleurs, il est curieux de constater que les Femen, radicales proclamées, embrassent allègrement plusieurs stéréotypes genrés; principalement dans la manière dont elles se mettent en scène. Les séances de photos glamour, les couronnes de fleurs, le maquillage…

Il m’apparaît donc que le radicalisme dont elles se réclament a principalement trait au caractère agressif et tapageur de leur méthode. Soit. Mais la méthode fait écran au discours.

Les Femen affirment en effet se servir de leur corps de manière subversive en forçant la «désexualisation» de leur nudité.  Mais après tout, pourquoi les médias sont-ils si friands de leurs actions? Soyons honnêtes : c’est le sexe qui attire les objectifs des caméras. Pas l’intention révolutionnaire.

À preuve, combien de commentaires de «mononcle cochons» ont été suscités, à la suite des actions Femen? Et de critiques superficielles sur la physionomie des militantes? «Ça met le doigt sur un bobo», diront certains. Pour une poignée d’initiés, certes. Bobo dont on ne doutait pas vraiment de l’existence, d’ailleurs. En faire le constat perpétuel n’avance à rien. Et pour ce qui est de la «vaste majorité», le message se dissout dans la forme, et échoue à sensibiliser.

À l’origine de Femen, il y a une colère viscérale et une volonté résolue d’y laisser cours, sans demander la permission. Elles se réclament d’un féminisme radical et «nouveau genre». Un féminisme rageur et impétueux, qui incite les femmes à se réapproprier leur corps, trop souvent soumis à des contraintes indues. Les Femen encouragent l’usage du corps comme outil politique, afin de court-circuiter sa marchandisation ou tenir tête au dogmatisme.

À cela, on ne peut faire autrement qu’acquiescer, pour autant qu’on ait une sensibilité féministe quelconque. Il y a bel et bien là des enjeux préoccupants. Quant à l’irrévérence, qu’on se le dise, ça prend du courage. Saluons-le.

Ce qui est néanmoins inquiétant, c’est que les Femen tendent à réquisitionner la définition du «féminisme nouveau genre». Mais le «nouveau féminisme», considérant qu’il existe, est tellement plus complexe, profond et nuancé que ces manifestations gueulardes et laconiques. Sa richesse, précisément, loge dans ses nuances. Entre les féministes libérales et les sympathisantes des théories queer par exemple, un spectre mouvant et diversifié. Il n’y a pas un féminisme, mais bien des féminismes. Pourquoi, alors, se borner au manichéisme?

Cet article Femen et le malaise du «sextrémisme» est apparu en premier sur L'actualité.

Consultez la source sur Lactualite.com: Femen et le malaise du «sextrémisme

 

Partager cette info tourisme / vacances / voyage


BESOIN D'UN CREDIT EN LIGNE RAPIDE POUR FINANCER VOS VACANCES ?


Merci de consulter les sources

Les articles de l'espace "Informations aux voyageurs" sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés au tourisme et au voyage. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de vacances-voyage-sejour.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "Informations aux voyageurs" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.

CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance - CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail

Découvrez le meilleur CRM en ligne qui est aussi un parfait CRM pour agence de voyage.

Voyager moins cher et plus écologique


BAPC - BILLETS D'AVION PAS CHERS

Pourquoi voyager avec nous ?

Parce que si vous trouvez moins cher ailleur, 24h après votre achat, la différence vous est remboursée
(voir conditions).

Parce qu'à chaque séjour vendu, 10% des bénéfices générés sont versés à la protection des forêts | LIRE LA SUITE |

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 35672
Affiche le nombre de clics des articles : 8273023

Les infos touristiques les plus lues

Récits - Info vacances / voyage

A quelque 200 km au Nord du cercle polaire arctique, le petit village suédois de Jukkasjärvi voit surgir chaque hiver un hôtel unique au monde entièrement taillé dans la glace. Visite.
Lire la suite...

Chercher des infos voyage/vacances