Informations aux voyageurs

tourisme - vacances - voyage - séjour - vol - avion - hôtel

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

LIAT le petit transporteur broche à foin des Caraïbes

Envoyer Imprimer PDF

Malgré plusieurs centaines de vols au compteur, il ne m’est arrivé que très rarement de rater un avion, ces 20 dernières années. Mais ce week-end, j’ai pu revivre cette agréable expérience grâce aux bons soins de LIAT, compagnie aérienne desservant une multitude d’îles des Caraïbes, et qui jouit d’une réputation particulièrement mauvaise — avec raison.

Samedi matin donc, je devais quitter Saint-Vincent-et-les-Grenadines à bord d’un vol de LIAT, pour attraper un vol de WestJet à Bridgetown, à la Barbade. Un saut de puce d’à peine 30 minutes, que j’avais amplement le temps de réaliser grâce à quatre bonnes heures de temps de correspondance entre mes deux vols.

Dès mon arrivée à l’aéroport de Kingstown, à Saint-Vincent, on annonçait — sur un vulgaire tableau de papier — que mon vol matinal sur LIAT était retardé… de près de deux heures et demie. Mais j’avais encore la possibilité d’arriver à temps puisque je prends toujours la précaution, autant que faire se peut, de voyager léger et de ne pas envoyer mes bagages en soute, pour ne pas avoir à les attendre entre deux vols.

Rien n’est cependant si simple avec LIAT, qui n’accepte les bagages en cabine que jusqu’à concurrence de 15 lbs. J’ai donc dû envoyer ma valise en soute… avant de me raviser, de la faire revenir et de transvider une partie de son contenu dans mon sac à dos, tout en abandonnant de la paperasse et mon volumineux Rough Guide to the Caribbean, pour alléger et équilibrer le tout.

Cela fait, j’avais encore espoir de ne pas rater mon prochain vol. Mais quinze minutes plus tard, un nouveau retard d’une heure additionnelle était annoncé. Cette fois, c’était foutu, et j’étais d’autant plus frustré en apprenant que le prochain vol de WestJet était… deux jours plus tard.

À ce stade-ci, n’allez pas croire que LIAT s’est confondu en excuses, a offert de me placer sur un autre vol, de me loger à ses frais ou de pourvoir à une quelconque compensation monétaire pour réserver mon prochain vol, quel qu’il fut. «Conformément à notre politique, nous ne pouvons rien vous offrir de plus que nos excuses… ainsi qu’un repas chez PFK», de lâcher laconiquement un préposé. J’étais déjà rouge de colère, je n’avais pas envie de devenir vert de nausée.

Peu de temps après, coup de théâtre: l’avion allait peut-être arriver 30 minutes plus tôt, faisant renaître mon espoir de dormir dans mon lit le soir-même. Une fois monté à bord d’un ATR flambant neuf, arrivé sans passagers mais bourré de bagages (LIAT est aussi réputée pour les perdre à répétition), la gentille et souriante agent de bord demeurait confiante, puisque j’avais prévenu WestJet par téléphone de mon retard et que je m’étais pré-enregistré.

Une fois descendu de l’avion, j’ai donc entrepris un marathon jusqu’aux contrôles douaniers de Bridgetown… où il n’y avait aucun préposé, ajoutant de longues minutes à mon retard. Une fois les formalités complétées, j’ai repris mon marathon jusqu’au comptoir de WestJet, en vain: l’embarquement était terminé, et pas question de monter à bord.

Avec quelques litres de sueur en moins, j’en fus quitte pour réserver un siège sur le vol d’Air Canada du lendemain — 435 $ l’aller simple, ce que LIAT ne remboursera évidemment pas, pas plus que mes taxis, mon hôtel et mes repas.

À la rigueur, j’aurais pu comprendre ce retard si le mauvais temps en avait été la cause, surtout que la veille, il avait plu des trombes d’eau dignes d’une mousson. Mais non. Ce qui a retardé mon vol, c’est l’incapacité de LIAT à trouver un pilote, ce samedi matin. Pourtant, l’avion partait d’Antigua… où l’entreprise a son siège social.

Cette histoire n’est qu’une parmi les innombrables vécues par des contingents de passagers frustrés et insatisfaits de ce transporteur, qui suscite au mieux les moqueries, au pire le mépris, dans les Caraïbes. Son nom, qui signifie « Leeward Island Air Transport », a d’ailleurs été travesti en maintes formulations loufoques, dont «Leaving Island Any Time», «Luggage In Another Town», «Lousy In All Things» et «Languishing In All Terminals».

Évidemment, les plaintes fusent de toutes parts à l’égard de LIAT. Mais aucune n’égale celle qu’a écrite Arthur Hicks, un passager dont la mésaventure bat à plate couture celle de tous les autres usagers du petit transporteur broche à foin.

En juin dernier, Sir Richard Branson, le milliardaire propriétaire de Virgin Airlines, a diffusé ce petit bijou de sarcasmes (traduction en français ici) à ses millions d’abonnés Twitter, et il est rapidement devenu viral. Dommage que LIAT, qui n’a que peu de concurrents sur ses dessertes, ait retourné la situation à son avantage et en ait profité pour accroître sa visibilité

Pour m’attraper au vol sur Twitter, c’est par ici; sur Facebook, par là.

Cet article LIAT, le petit transporteur broche à foin des Caraïbes est apparu en premier sur L'actualité.

Consultez la source sur Lactualite.com: LIAT le petit transporteur broche à foin des Caraïbes

 

Partager cette info tourisme / vacances / voyage


BESOIN D'UN CREDIT EN LIGNE RAPIDE POUR FINANCER VOS VACANCES ?


Merci de consulter les sources

Les articles de l'espace "Informations aux voyageurs" sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés au tourisme et au voyage. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de vacances-voyage-sejour.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "Informations aux voyageurs" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.

CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance - CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail

Découvrez le meilleur CRM en ligne qui est aussi un parfait CRM pour agence de voyage.

Voyager moins cher et plus écologique


BAPC - BILLETS D'AVION PAS CHERS

Pourquoi voyager avec nous ?

Parce que si vous trouvez moins cher ailleur, 24h après votre achat, la différence vous est remboursée
(voir conditions).

Parce qu'à chaque séjour vendu, 10% des bénéfices générés sont versés à la protection des forêts | LIRE LA SUITE |

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 35673
Affiche le nombre de clics des articles : 9977885

Les infos touristiques les plus lues

Récits - Info vacances / voyage

Après les moments passés sur les bancs de l’école, voici enfin les vacances qui arrivent, à la grande surprise des enfants. Cela signifie pour tout le monde loisirs et retrouvailles avec les anciens camarades ou encore le fait de découvrir de nouveaux amis. Partir en vacances est plus qu’un voyage, c’est aussi partir à l’aventure vers une destination inconnue pour de nouvelles rencontres. Et pour cela, il faut envisager des avantages pour envoyer les enfants en colonie de vacances. Mais l’essentiel est de savoir débusquer les avantages. La colonie de vacances présente quand même une part importante du budget familial qu’il ne faut pas négliger bien que les parents soient motivés pour inscrire les préados dans les centres de séjour. Les enfants peuvent en profiter pour des séjours éducatifs et de loisirs.



Un petit aperçu pour la colonie de vacances préado

À la préadolescence, les jeunes arborent déjà une envie et une passion qui se démarquent des autres. Ce déploiement de désir est concrétisé par une envie de liberté, d’autonomie et de prise responsabilité. Une colonie de vacances ados signifie pour beaucoup le rêve de souffler au grand air. C’est aussi une extraordinaire occasion de faire vivre des temps de loisirs et de découverte de projets éducatifs et instructifs. En réalité, les enfants pourront bâtir un cadre familial tout à fait nouveau et s’offrir une expérience de vie en communauté. Avec la colonie de vacances, les enfants s’attendent à un éventuel épanouissement au terme des rencontres avec d’autres enfants. Une réalité qu’il ne faut pas nier tout de même, c’est que le séjour de vacances effectué sous la surveillance des animateurs et des formateurs est vivement conseillé. Les vacances sont aussi un lieu de mélange et de mixité sociale, car la possibilité d'une intégration est présente. Et les animateurs doivent mettre en place une organisation pour participer aux tâches collectives. Finalement, le séjour de vacances équivaut à bien s’informer et qui contacter pour que la formule de séjour soit bien appropriée.

Une colonie de vacances, source d’épanouissement des enfants

Pour donner une occasion aux enfants de s’évader temporairement, les parents doivent opter pour un séjour de vacances. Cela signifie un choix pour de nouvelles expériences avec beaucoup de souvenirs qui feront certainement ravir les préados. Les parents sont en présence de plusieurs choix : il se peut que les vacances se passent au moment de l’une des saisons de l’année. En tout cas, elles invitent à découvrir une grande variété de thèmes. La colonie de vacances ados est effectivement une détente après l’année scolaire et aussi une découverte de nouveaux horizons. Ce séjour pour les enfants est une issue pour soulager les parents ayant besoin de temps de répit. Il rend aux enfants leur autonomie et ces moments d’échange avec d’autres jeunes de leur âge venant des autres quartiers. Naturellement, envoyer les préados en colonie de vacances est l’une solution qui conduit à imaginer les temps utiles et éducatifs porteurs du vrai sens de la vie. Durant le séjour, les animateurs apprennent aux enfants les tâches collectives tout en leur accompagnant au cours de leur bref apprentissage.

Chercher des infos voyage/vacances