Informations aux voyageurs

tourisme - vacances - voyage - séjour - vol - avion - hôtel

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Comment rendre les filles bonnes en maths et les garçons sensibles

Envoyer Imprimer PDF
Illustration © Paul Bordeleau

Illustration © Paul Bordeleau

Pour la première fois de l’histoire, la médaille Fields, sorte de prix Nobel des maths, a été attribuée à une femme. C’est l’Iranienne Maryam Mirzakhani, professeure à l’Université Stanford (Californie), qui vient de rafler la distinction, remise tous les 4 ans, depuis 1936, à un mathématicien de 40 ans ou moins.

Pour la lauréate, cet exploit laisse espérer d’autres percées féminines dans ce milieu démesurément dominé par les hommes. Mais l’extrême rareté des Maryam Mirzakhani de ce monde en confortera d’autres dans leur conviction que les maths et les sciences, ça restera toujours, sauf exception, une affaire de gars. Simple question de biologie, diront-ils.

Or, en matière de genre, rien n’est jamais qu’une histoire de biologie. Et rien n’est aussi simple.

De fait, quand on écume les centaines d’études qui ont cherché à distinguer les facultés mentales des deux sexes, une différence ressort du lot : la rotation mentale, c’est-à-dire la capacité de manipuler mentalement des formes géométriques en trois dimensions. Les hommes réussissent mieux que les femmes dans ce genre de tests, et cette supériorité, l’une des mieux établies dans la littérature scientifique, expliquerait leur surreprésentation en sciences, en génie et en maths. En revanche, quand on évalue l’empathie ou la sensibilité sociale (par des questionnaires ou des exercices de déchiffrage du langage non verbal, par exemple), les femmes, en règle générale, s’en sortent mieux que les hommes. À chaque sexe sa spécialité, pas vrai ?

Photo © Stanford University / Sipa USA

Photo © Stanford University / Sipa USA

Maryam Mirzakhani, première femme à recevoir la médaille Fields, sorte de Nobel des maths.

Ces résultats, certains spécialistes les tiennent pour preuves que l’homme et la femme, par essence, n’ont pas le même potentiel — du fait de leur biologie, de l’architecture de leur cerveau, de leurs hormones. Il vient de Mars, elle de Vénus ; il agit, raisonne et construit ; elle parle, s’émotionne et compatit. Normal que les femmes abondent dans les métiers de soins et de services et qu’elles désertent les sciences et la techno ! Naturel qu’elles assument la plus grande part des tâches ménagères et de l’éducation des enfants ! C’est en raison de leur empathie instinctive et de leur incapacité constitutive à lire un plan. Que voulez-vous, on est fait comme ça. À quoi bon se battre contre les forces de la nature ?

Le hic, c’est qu’il suffit d’un rien pour que ces différences s’évanouissent sous les yeux des scientifiques, comme par enchantement.

La psychologue Catherine Good, de l’Université de la Ville de New York, et ses collègues s’en sont rendu compte lorsqu’ils ont fait passer un examen de maths à des étudiants inscrits à un cours avancé de calcul à l’université. La moitié des participants se sont fait dire que l’expérience visait à comprendre pourquoi certaines personnes sont meilleures que d’autres en mathématiques ; dans ce groupe, les filles ont moins bien réussi que les garçons. L’autre moitié des étudiants ont reçu un examen identique, mais des instructions légèrement différentes : on a pris soin de leur préciser que des milliers de gens avaient déjà passé ce test et qu’aucune disparité entre les sexes n’avait été trouvée. Dans ce second groupe, non seulement les filles ont comblé l’écart, mais elles ont mieux fait que leurs camarades masculins.

La littérature scientifique regorge de cas semblables : rien qu’en posant leurs questions autrement, rien qu’en modifiant subtilement leurs protocoles, des chercheurs font disparaître des différences hommes-femmes pourtant considérées comme innées, immuables, et sans cesse brandies pour justifier le statu quo.

Ce que ces tests mesurent, en réalité, ce ne sont pas des aptitudes dictées par la nature, mais des stéréotypes, si bien assimilés par les garçons et les filles dès leur jeune âge que ces derniers finissent par se conformer, malgré eux, à l’idée que la société se fait de leurs forces et de leurs faiblesses. Faites-leur oublier ces préjugés, et pouf ! comme par magie, leur performance se redresse.

On peut prendre garde aux clichés qu’on cautionne, ces carcans mentaux qui déforment la manière dont on perçoit les autres et aussi, tristement, la façon dont on se voit soi-même.

Les psychologues américaines Anne Koenig et Alice Eagly ont observé la même chose pour un champ d’expertise traditionnellement féminin, l’empathie. Elles ont demandé à des hommes et des femmes de décoder le langage verbal et corporel d’acteurs jouant des saynètes. Lorsqu’on leur présentait l’exercice comme un test de sensibilité sociale et qu’on leur mentionnait en passant que les hommes sont moins doués dans ce domaine, ceux-ci obtenaient effectivement de moins bons résultats que les femmes. Mais lorsque le même test était décrit de manière plus neutre, comme une mesure de « la capacité de traiter de l’information complexe », les hommes s’en tiraient tout aussi bien qu’elles. La légendaire supériorité féminine tout à coup envolée, parce qu’on a changé quelques mots — parce qu’on a su faire oublier aux hommes le préjugé défavorable à leur endroit.

En psychologie sociale, c’est ce qu’on appelle la « menace du stéréotype » (un concept d’abord documenté en 1995 par Claude Steele et Joshua Aronson, qui étudiaient l’écart entre le rendement scolaire des Noirs et celui des Blancs aux États-Unis). Tout le monde sait que les filles sont « censées » être moins bonnes en maths et que les gars sont « censés » être moins sensibles aux émotions d’autrui. Ces messages sociaux, omniprésents, se transforment en pression insidieuse quand vient le temps de montrer ce qu’on sait faire. La peur de donner raison au stéréotype, logée dans un repli de notre conscience, peut nous tourmenter et nous rendre nerveux au point de nous faire trébucher.

Le phénomène est si puissant que le simple fait de cocher « H » ou « F » avant un examen de maths suffit à le déclencher ! Ce tout petit détail nous ramène à l’esprit notre identité de « gars » ou de « fille » et tous les stéréotypes qui viennent avec celle-ci, et notre rendement s’en ressent : les hommes s’améliorent, les femmes régressent. Recueillir cette information à la fin de l’épreuve plutôt qu’au début fait fondre l’écart entre les scores des deux sexes, selon de récents travaux américains.

On ne peut pas tous, comme Maryam Mirzakhani, exploser les stéréotypes en faisant avancer les connaissances sur « la symétrie des surfaces incurvées »… Mais on peut prendre garde aux clichés qu’on cautionne, ces carcans mentaux qui déforment la manière dont on perçoit les autres et aussi, tristement, la façon dont on se voit soi-même. Propager l’idée que les gars et les filles sont fondamentalement distincts, les figer dans des rôles supposément prescrits par la nature, non seulement c’est discutable sur le plan scientifique, non seulement c’est un manque désolant d’imagination, mais c’est le moyen le plus sûr de leur couper les ailes.

 

Cet article Comment rendre les filles bonnes en maths et les garçons sensibles est apparu en premier sur L'actualité.

Consultez la source sur Lactualite.com: Comment rendre les filles bonnes en maths et les garçons sensibles

 

Partager cette info tourisme / vacances / voyage


BESOIN D'UN CREDIT EN LIGNE RAPIDE POUR FINANCER VOS VACANCES ?


Merci de consulter les sources

Les articles de l'espace "Informations aux voyageurs" sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés au tourisme et au voyage. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de vacances-voyage-sejour.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "Informations aux voyageurs" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.

CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance - CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail

Découvrez le meilleur CRM en ligne qui est aussi un parfait CRM pour agence de voyage.

Voyager moins cher et plus écologique


BAPC - BILLETS D'AVION PAS CHERS

Pourquoi voyager avec nous ?

Parce que si vous trouvez moins cher ailleur, 24h après votre achat, la différence vous est remboursée
(voir conditions).

Parce qu'à chaque séjour vendu, 10% des bénéfices générés sont versés à la protection des forêts | LIRE LA SUITE |

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 35673
Affiche le nombre de clics des articles : 10316633

Les infos touristiques les plus lues

Récits - Info vacances / voyage

Après les moments passés sur les bancs de l’école, voici enfin les vacances qui arrivent, à la grande surprise des enfants. Cela signifie pour tout le monde loisirs et retrouvailles avec les anciens camarades ou encore le fait de découvrir de nouveaux amis. Partir en vacances est plus qu’un voyage, c’est aussi partir à l’aventure vers une destination inconnue pour de nouvelles rencontres. Et pour cela, il faut envisager des avantages pour envoyer les enfants en colonie de vacances. Mais l’essentiel est de savoir débusquer les avantages. La colonie de vacances présente quand même une part importante du budget familial qu’il ne faut pas négliger bien que les parents soient motivés pour inscrire les préados dans les centres de séjour. Les enfants peuvent en profiter pour des séjours éducatifs et de loisirs.



Un petit aperçu pour la colonie de vacances préado

À la préadolescence, les jeunes arborent déjà une envie et une passion qui se démarquent des autres. Ce déploiement de désir est concrétisé par une envie de liberté, d’autonomie et de prise responsabilité. Une colonie de vacances ados signifie pour beaucoup le rêve de souffler au grand air. C’est aussi une extraordinaire occasion de faire vivre des temps de loisirs et de découverte de projets éducatifs et instructifs. En réalité, les enfants pourront bâtir un cadre familial tout à fait nouveau et s’offrir une expérience de vie en communauté. Avec la colonie de vacances, les enfants s’attendent à un éventuel épanouissement au terme des rencontres avec d’autres enfants. Une réalité qu’il ne faut pas nier tout de même, c’est que le séjour de vacances effectué sous la surveillance des animateurs et des formateurs est vivement conseillé. Les vacances sont aussi un lieu de mélange et de mixité sociale, car la possibilité d'une intégration est présente. Et les animateurs doivent mettre en place une organisation pour participer aux tâches collectives. Finalement, le séjour de vacances équivaut à bien s’informer et qui contacter pour que la formule de séjour soit bien appropriée.

Une colonie de vacances, source d’épanouissement des enfants

Pour donner une occasion aux enfants de s’évader temporairement, les parents doivent opter pour un séjour de vacances. Cela signifie un choix pour de nouvelles expériences avec beaucoup de souvenirs qui feront certainement ravir les préados. Les parents sont en présence de plusieurs choix : il se peut que les vacances se passent au moment de l’une des saisons de l’année. En tout cas, elles invitent à découvrir une grande variété de thèmes. La colonie de vacances ados est effectivement une détente après l’année scolaire et aussi une découverte de nouveaux horizons. Ce séjour pour les enfants est une issue pour soulager les parents ayant besoin de temps de répit. Il rend aux enfants leur autonomie et ces moments d’échange avec d’autres jeunes de leur âge venant des autres quartiers. Naturellement, envoyer les préados en colonie de vacances est l’une solution qui conduit à imaginer les temps utiles et éducatifs porteurs du vrai sens de la vie. Durant le séjour, les animateurs apprennent aux enfants les tâches collectives tout en leur accompagnant au cours de leur bref apprentissage.

Chercher des infos voyage/vacances