Informations aux voyageurs

tourisme - vacances - voyage - séjour - vol - avion - hôtel

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Québec aurait beaucoup à faire en matière d’accessibilité touristique

Envoyer Imprimer PDF

MONTRÉAL – Le Québec fait pâle figure en matière d’accessibilité touristique, alors que bon nombre de lieux ne sont tout simplement pas adaptés aux personnes handicapées ou âgées.

C’est à tout le moins le constat fait par le groupe Kéroul, qui organise le sommet mondial «Destinations pour tous», qui s’est ouvert dimanche à Montréal. Cet événement se veut un électrochoc pour les acteurs du tourisme, ici, mais aussi ailleurs sur la planète.

Les personnes âgées et celles avec des limitations fonctionnelles font bien souvent face à des difficultés qui paraissent insurmontables lorsque vient le temps de planifier un voyage à l’autre bout du monde ou tout simplement à quelques kilomètres de la maison.

Le marché du tourisme accessible constituera pourtant le quart des dépenses touristiques dans le monde, d’ici 2020, estime Kéroul, un organisme qui tente de rendre le tourisme et la culture accessibles aux personnes à capacité physique restreinte.

La présidente de Kéroul, Isabelle Ducharme, souligne qu’à Montréal, la quasi-totalité des stations de métro ne sont pas accessibles à ceux qui ont des troubles de mobilité.

Dans la métropole, mais aussi ailleurs dans la province, plusieurs restaurants, lieux d’hébergement ou destinations touristiques n’ont aucune installation particulière pour les personnes à mobilité réduite.

«Plusieurs nouveaux hôtels qui se bâtissent ne respectent même pas les normes. Et le problème du Québec, contrairement à plusieurs autres juridictions, c’est qu’il n’y a que très peu de conséquences et de sanctions pour ces contrevenants», ajoute-t-elle.

À Toronto, la Ville promet que d’ici 2024, tous les taxis seront accessibles aux personnes en fauteuils roulants. Dans sa politique du taxi, dévoilée cet été, Montréal dit pour sa part vouloir «accroître l’offre de service» pour les aînés et les personnes à mobilité réduite, sans quantifier le nombre de véhicules qui devraient pouvoir accueillir de telles clientèles.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a participé à l’ouverture du sommet et il a signalé le désir de la Ville d’en faire plus. «On veut être numéro un», a-t-il lancé pendant son allocution. «Montréal doit être solidaire et accessible. Il y a encore des choses à faire, tout n’est pas parfait, mais l’ensemble des interventions sont faites avec l’objectif de respecter l’accessibilité universelle», a affirmé M. Coderre.

Il y a un désir des décideurs d’améliorer les choses, admet Mme Ducharme, mais dans les faits, il reste encore «beaucoup de travail à faire» pour que le Québec se distingue en matière de tourisme accessible.

Les entreprises ont pourtant un avantage financier à adapter leurs installations aux personnes handicapées ou âgées, insiste-t-elle.

«Il y a un million de personnes avec des limitations au Québec et 80% d’entre elles mentionnent avoir un intérêt pour le voyage. Contrairement à la population en général, elles voyagent rarement seules, donc ça signifie plus de revenus pour les entreprises touristiques. En plus, ce sont des gens fidèles qui retournent souvent là où il y a des lieux accessibles», fait-elle valoir.

Les pays qui font figure d’exemple sont nombreux sur le globe. L’Australie, les États-Unis et l’Espagne sont des destinations prisées par la clientèle à mobilité réduite, souligne Mme Ducharme.

«À Barcelone, on peut prendre le métro et l’autobus, comme le reste de la population. À la plage, ils ont même des fauteuils roulants qui vont dans l’eau avec des bénévoles qui sont disponibles pour transférer les gens handicapés dans ces chaises et les amener se baigner», rapporte-t-elle.

Une «destination pour tous» devrait notament avoir un transport local adapté, des salles de spectacles qui offrent des appareils pour ceux qui souffrent de déficiences auditives, de la vidéodescription dans les musées, des couloirs assez large dans les hôtels et des salles de bain accessibles sans monter de marches.

Lors du sommet, les participants établiront une liste de critères en matière de bonnes pratiques d’accessibilité touristique avec l’espoir qu’ils constituent une sorte de référence un peu partout dans le monde. Des représentants des Nations unies et de l’Organisation mondiale du tourisme observeront d’ailleurs de près les discussions.

«Au terme de l’événement, nous souhaitons adopter la Déclaration de Montréal, avec en tête l’objectif d’avoir un monde pour tous. Qu’on soit à Montréal, Chicago ou Tombouctou, l’objectif serait qu’on parle tous le même langage. En ce moment, chaque pays a ses propres normes et les fait respecter à sa façon», indique Mme Ducharme.

Cent vingt-neuf conférences sont présentées lors de l’une ou l’autre des quatre journées de l’événement. L’accessibilité des pourvoiries, les difficultés rencontrées par les personnes handicapées dans les avions et les bonnes pratiques de nombreuses destinations seront notamment au coeur des discussions.

Cet article Le Québec aurait beaucoup à faire en matière d’accessibilité touristique est apparu en premier sur L'actualité.

Consultez la source sur Lactualite.com: Le Québec aurait beaucoup à faire en matière d’accessibilité touristique

 

Partager cette info tourisme / vacances / voyage


BESOIN D'UN CREDIT EN LIGNE RAPIDE POUR FINANCER VOS VACANCES ?


Merci de consulter les sources

Les articles de l'espace "Informations aux voyageurs" sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés au tourisme et au voyage. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de vacances-voyage-sejour.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "Informations aux voyageurs" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.

CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance - CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail

Découvrez le meilleur CRM en ligne qui est aussi un parfait CRM pour agence de voyage.

Voyager moins cher et plus écologique


BAPC - BILLETS D'AVION PAS CHERS

Pourquoi voyager avec nous ?

Parce que si vous trouvez moins cher ailleur, 24h après votre achat, la différence vous est remboursée
(voir conditions).

Parce qu'à chaque séjour vendu, 10% des bénéfices générés sont versés à la protection des forêts | LIRE LA SUITE |

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 35673
Affiche le nombre de clics des articles : 10328643

Les infos touristiques les plus lues

Récits - Info vacances / voyage

Après les moments passés sur les bancs de l’école, voici enfin les vacances qui arrivent, à la grande surprise des enfants. Cela signifie pour tout le monde loisirs et retrouvailles avec les anciens camarades ou encore le fait de découvrir de nouveaux amis. Partir en vacances est plus qu’un voyage, c’est aussi partir à l’aventure vers une destination inconnue pour de nouvelles rencontres. Et pour cela, il faut envisager des avantages pour envoyer les enfants en colonie de vacances. Mais l’essentiel est de savoir débusquer les avantages. La colonie de vacances présente quand même une part importante du budget familial qu’il ne faut pas négliger bien que les parents soient motivés pour inscrire les préados dans les centres de séjour. Les enfants peuvent en profiter pour des séjours éducatifs et de loisirs.



Un petit aperçu pour la colonie de vacances préado

À la préadolescence, les jeunes arborent déjà une envie et une passion qui se démarquent des autres. Ce déploiement de désir est concrétisé par une envie de liberté, d’autonomie et de prise responsabilité. Une colonie de vacances ados signifie pour beaucoup le rêve de souffler au grand air. C’est aussi une extraordinaire occasion de faire vivre des temps de loisirs et de découverte de projets éducatifs et instructifs. En réalité, les enfants pourront bâtir un cadre familial tout à fait nouveau et s’offrir une expérience de vie en communauté. Avec la colonie de vacances, les enfants s’attendent à un éventuel épanouissement au terme des rencontres avec d’autres enfants. Une réalité qu’il ne faut pas nier tout de même, c’est que le séjour de vacances effectué sous la surveillance des animateurs et des formateurs est vivement conseillé. Les vacances sont aussi un lieu de mélange et de mixité sociale, car la possibilité d'une intégration est présente. Et les animateurs doivent mettre en place une organisation pour participer aux tâches collectives. Finalement, le séjour de vacances équivaut à bien s’informer et qui contacter pour que la formule de séjour soit bien appropriée.

Une colonie de vacances, source d’épanouissement des enfants

Pour donner une occasion aux enfants de s’évader temporairement, les parents doivent opter pour un séjour de vacances. Cela signifie un choix pour de nouvelles expériences avec beaucoup de souvenirs qui feront certainement ravir les préados. Les parents sont en présence de plusieurs choix : il se peut que les vacances se passent au moment de l’une des saisons de l’année. En tout cas, elles invitent à découvrir une grande variété de thèmes. La colonie de vacances ados est effectivement une détente après l’année scolaire et aussi une découverte de nouveaux horizons. Ce séjour pour les enfants est une issue pour soulager les parents ayant besoin de temps de répit. Il rend aux enfants leur autonomie et ces moments d’échange avec d’autres jeunes de leur âge venant des autres quartiers. Naturellement, envoyer les préados en colonie de vacances est l’une solution qui conduit à imaginer les temps utiles et éducatifs porteurs du vrai sens de la vie. Durant le séjour, les animateurs apprennent aux enfants les tâches collectives tout en leur accompagnant au cours de leur bref apprentissage.

Chercher des infos voyage/vacances